ZOOM sur le Ministre de l’agriculture: Noël Koutera BATAKA ou la nouvelle magie de l’agriculture togolaise

0
491

ZOOM: Noël Koutera BATAKA ou la nouvelle magie de l’agriculture togolaise

Le secteur agricole constitue pour les pays africains et particulièrement pour le Togo le piédestal, ou mieux encore, le ressort le mieux indiqué capable de propulser l’économie et hisser nos Etats au rang des pays développés. Ce secteur reste le souffle qui donne vie à l’économie de nos pays aux populations fortement agricoles. L’économie verte, pourra-t-on dire, demeure le vitellus dont a besoin notre pays pour son autosuffisance alimentaire, socle de tout développement durable au vu des potentialités naturelles dont nous disposons.

Mais pour parvenir à traduire dans les faits les belles idées et projets aussi louables soient-ils, il faut des hommes capables de transformer les rêves en réalité, non par magie, mais par le savoirfaire, l’ingéniosité et la dextérité.Pour BALZAC, ‘’la vocation manquée déteint sur toute l’existence’’. Mais heureusement, celui qui est placé aujourd’hui à la tête du secteur agricole n’a pas du tout raté sa vocation.L’œuvre vaut autant que l’artisan, aussi, ne saura-t-on attendre d’un médiocre une belle œuvre. C’est pourquoi nous apprécions à juste titre la nomination de M. Noël Bataka à la tête du ministère de l’Agriculture afin de permettre à ce secteur de continuer par améliorer ses rendements pour le bienêtre des agriculteurs, des populations et du développement du pays.
Faut-il encore le rappeler ?

Né en 1978 à Atakpamé, région des plateaux, hauts-lieux de l’agriculture togolaise, Noel Koutéra BATAKA obtient son Baccalauréat Série C en 1999. Ce diplôme en poche, il se tourne vers l’agronomie, domaine auquel il se consacre depuis lors.

M. Noël Koutéra Bataka est un diplômé de l’école supérieur d’agronomie de l’Université de Lomé depuis 2004 avant d’être également titulaire d’une maitrise en Affaires Publiques à Paris Dauphine en 2012 et d’un diplôme d’Administration Publique à l’Ecole Nationale d’Administration à Strasbourg la même année. Ces titres à eux seuls ne suffisent pas bien sûr pour faire entièrement confiance au jeune diplômé, Noël Bataka, quant aux charges qui lui reviennent à la tête du ministère de l’Agriculture. Heureusement, avant d’être nommé ministre, le jeune Ingénieur a vite fait, dès son retour au pays, de mettre ses compétences au service du ministère de l’Agriculture, notamment à la recherche de financements et à la modernisation du secteur. Il gravit les échelons, et occupe plusieurs postes de responsabilités : de 2014 à 2016, Président du Comité Technique de Pilotage (CTP), Point focal du Togo pour le réseau de prévention des crises alimentaires (RPCA) et de l’Alliance Globale pour l’Initiative Résilience-Sahel et Afrique de l’Ouest (AGIR). Au fil des ans, Noel Koutéra BATAKA a vu ses charges grandir, il sera ainsi le Coordonnateur Stratégique du Programme National d’Investissement Agricole et de Sécurité Alimentaire (PNIASA), qui touchera au total plus de 350 000 petits producteurs, puis Secrétaire général au Ministère de l’agriculture de l’élevage et de l’Hydraulique (MAEH). C’est alors qu’il prend la tête du MIFA, en juin 2018. Sous sa direction, l’instrument mis en place par le gouvernement pour apporter des solutions aux acteurs et chaînes de valeur agricole, fournit, en six mois, 15 000 emplois, avec 1 milliard de crédits octroyés. L’homme s’est montré talentueux à ses premiers essais et ne cesse de s’améliorer. M. Bataka fut nommé ministre l’Agriculture, de la Production Animale et Halieutique en janvier 2019, une occasion pour lui de poursuivre ses œuvres où il semble bien retrouver sa vocation.
Les attentes du monde agricole sont énormes et les espoirs bien grands, c’est une évidence, mais aussi, doit-on se mettre à l’esprit que la formule sacrée du positivisme se résume à trois choses principales : l’amour pour principe, l’ordre pour base et le progrès pour but. Et c’est justement vers le respect strict de cette formule sacrée que le locataire actuel du ministère de l’Agriculture et son équipe tendent sans relâche.

On notera en effet que durant toute l’année 2019 jusqu’à ce jour, le secteur de l’agriculture ne cesse de se redynamiser grâce à des innovations et projets de tous ordres. De février 2019 à ce jour, tout semble bien bouger dans ce secteur. On retiendra pour l’essentiel : Déjà en février 2019, la réhabilitation de 5 retenues d’eau dans la région des savanes a été réalisée en vue d’augmenter la production maraichère et l’élevage.

Le Mécanisme Incitatif de Financement Agricole (MIFA) devient une société anonyme. Le 2è Conseil des Ministres de 2019 acte cette transformation, en considération notamment des résultats concluants enregistrés après six mois de phase pilote. A partir de là, le Mécanisme fonctionne sur le modèle de Partenariat Public-Privé. Le MIFA SA appelle ensuite tous les acteurs du secteur agricole à s’inscrire dans sa base de données. Peu après sa transformation en S.A., ce mécanisme se propose de disposer d’une base de données des différents acteurs intervenant dans le secteur agricole, en vue de structurer les chaines de valeur agricole. Un an après son lancement, le projet de développement rural de la plaine de Djagblé est réalisé à 32%. La mise en œuvre globale du projet vise à désenclaver la zone et à améliorer l’irrigation, favoriser l’accès des populations locales à l’eau potable, et promouvoir la production rizicole et maraichère.

Le gouvernement signe le 22 février 2019 un accord-programme avec les acteurs de la filière anacarde à Dapaong dans la Région des Savanes dans le cadre de la 3ème campagne de commercialisation de la noix de cajou. Le ministère de l’agriculture ouvre le recrutement de 1552 fonctionnaires le 08 mars. La Banque Togolaise pour le Commerce et l’Industrie (BTCI) engage le 08 mars 5 milliards FCFA pour le Mifa S.A. L’accord vient en appui aux acteurs des chaînes de valeur agricoles au Togo. L’émirati Al Dahra Holding s’intéresse le 12 mars au Togo suite au voyage aux Emirats arabes unis du Chef de L’Etat qui s’est s’entretenu avec deux grands groupes émiratis, dont Al Dahra Holding.
Le Mifa, la BTCI et le Saoudien KFB signent, mi-avril, une convention pour appuyer le secteur agricole, en mettant en place un fonds de garantie de 6 milliards FCFA placé sous la supervision du MIFA. L’objectif principal était de permettre l’acquisition de 300 minitracteurs pour la création des sociétés de service de mécanisation. L’Inauguration du nouveau port de pêche d’une capacité de 300 pirogues à Gbetsogbe-Baguida, une infrastructure cofinancée par l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA) et le Togo, respectivement à hauteur de 14,46 milliards FCFA et 6,23 milliards FCFA. L’Agence régionale pour l’Agriculture et l’Alimentation (ARAA-CEDEAO) subventionne le 17 juin 15 projets dans le cadre de la transition agroécologique amorcée dans l’espace sous-régional. Le lancement le 05 juillet du Projet d’appui au Mifa à destination de 300 000 bénéficiaires. Ce projet d’un coût de 20 milliards FCFA sur 6 ans survient 6 mois après la signature de la convention d’accord. Le Togo et le fonds Khalifa formalisent au cours du même mois un accord de financement de 15 millions $ en faveur du secteur agricole. Noël Koutéra Bataka, ministre de l’agriculture, et Hussain Jasim Al Nowais, président du Fonds Khalifa pour le développement des entreprises, paraphent les documents, en vue d’un appui à hauteur de 15 millions $ destiné à soutenir le développement des jeunes entrepreneurs agricoles et des PME/PMI du secteur. Le Mifa et le Fonds Africain de Garantie signent ensuite un accord pour développer le secteur agricole. Il s’agit de mettre en place un fonds destiné à augmenter davantage les financements dédiés aux acteurs du secteur. * 3 filières sont désignées, le 29 août, après études, pour la mise en place de l’Assurance agricole au Togo, sous pilotage du Mifa. Le maïs, le riz fluvial, et le coton sont les produits concernés. E-Agribusiness signe un accord le 07 septembre avec le chinois Quanfeng Aviation pour promouvoir les drones agricoles en Afrique de l’Ouest. Cette entente avec la compagnie chinoise, présente dans le domaine de l’agriculture de précision depuis 20 ans, devrait positionner le Togo comme important pôle de promotion de l’agro-tech dans la sous-région.
L’imposition au mois d’octobre de taux minimums de produits locaux à utiliser dans la pâtisserie et la boulangerie par ordonnance ministérielle. Les boulangers et pâtissiers sont ainsi tenus d’ajouter des produits locaux à des proportions variant de 15 à 50% selon la nature du produit. Un coup de pouce au Made in Togo.

Le lancement de l’opération de levée de fonds Telefood 2019, en marge de la Journée Mondiale de l’Alimentation. Elle vise à mobiliser des fonds destinés à la création de 1 000 entreprises agricoles pour les jeunes et les femmes, avec un objectif de 800 millions FCFA. Le lancement de la 1ère campagne réglementée de commercialisation du Soja à Atakpamé (161 km de Lomé). La quantité attendue à la commercialisation pour cette campagne est fixée à 78 000 tonnes de soja-graine, pour un prix-plancher de 189frs/kg. La Banque mondiale dévoile début octobre les 9 filières agricoles les plus porteuses pour les jeunes togolais. Il s’agit : de l’ananas, l’apiculture, l’aquaculture, le karité, le sésame, le soja, les champignons, le fonio, et les légumes. Une semaine plus tard, le Mifa annonce avoir facilité 3,8 milliards FCFA de prêts en 2 mois (entre Août et Septembre), au bénéfice des acteurs des chaines de valeur agricole.

La filière Karité se doted’une faîtière le 15 octobre, il s’agit de la Fédération Inclusive du Karité du Togo. L’ouverture, le 25 octobre du premier Marché International de l’Artisanat du Togo (MIATO). Organisé par le ministère de l’artisanat et l’Union des chambres régionales des métiers, cet évènement de 10 jours a permis de mettre en lumière le génie et les potentialités des artisans togolais, et promouvoir les produits artisanaux et également valoriser les métiers porteurs de ce secteur. Le démarrage des travaux de construction de forages dans la zone de l’agropole de la Kara le 25 novembre visant à construire 20 nouveaux forages et réhabiliter 8 anciens en panne. Ils amélioreront l’accès à l’eau potable dans les localités Bassar, Dankpen, Doufelgou, Kéran et Kozah. Orabank appuie, début décembre 2019, la transformation rizicole. Le groupe bancaire injecte 106 millions FCFA dans l’installation d’une chaîne de transformation du riz paddy en riz blanc, à Kovié, environ 30 km de Lomé. Le Projet d’Appui à l’Employabilité et à l’Insertion des Jeunes dans les Secteurs Porteurs (PAEIJ-SP) lance quelques jours plus tard des appels à projets pour la sélection de 805 primo entrepreneurs agricoles. L’APRODAT ouvre une acntenne régionale à Kara le 11 décembre afin de mieux coordonner le projet d’installation de l’agropole pilote du Togo et de transformation agro-alimentaire. Au cours de l’année en cours, il y a en outre un bon nombre d’activités qui viennent maintenir le même dynamisme dans le secteur agricole. Parmi ces dernières, quelques-unes marquent notre attention :
En effet, le ministre, Koutéra Bataka, dans la mise en œuvre de la politique du gouvernement, accompagne les producteurs dans une démarche de conversion vers une agriculture biologique. Par ailleurs, pour dynamiser la recherche et l’innovation agricole, trois ministères ( agriculture; enseignements techniques, enseignement supérieur et de la Recherche) mettent en synergie leurs forces pour poser les bases d’un Système national de recherche agricole et agroalimentaire (SNRAA), une première au Togo ! Tout récemment, le Ministère de l’Agriculture, de la Production Animale et Halieutique (MAPAH) a initié un sondage qui vise à évaluer les besoins des entrepreneurs agricoles en main d’œuvre nécessaire pour la campagne agricole 2020-2021.

La rigueur dans le travail et de bonnes ambitions pour notre secteur agricole sont les maîtres mots qu’il nous reste à souhaiter à cette équipe que dirige M. Noël Bataka pour le bonheur de notre économie verte.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici