Tribune : RAPPORT DE LA CNDH SUR L’AFFAIRE DES 2 BRAQUEURS NEUTRALISÉS PAR LE GIPN: CONTRADICTION ET AMATEURISME AFFICHÉS

0
201

Tribune: RAPPORT DE LA CNDH SUR L’AFFAIRE DES 2 BRAQUEURS NEUTRALISÉS PAR LE GIPN: CONTRADICTION ET AMATEURISME AFFICHÉS

Il est inadmissible que dans une affaire de cette envergure la CNDH puisse se précipiter pour rendre tout d’abord un rapport qui n’a pas subi l’analyse pertinente des témoignages, des recoupements de fond, des confrontations sérieuses.

Pourquoi publier un rapport dont on a pas encore certains éléments fondamentaux, et sur leur site alors que les institutions auxquelles le rapport est destiné pour analyse ne se sont pas encore prononcées?

Selon plusieurs spécialistes de l’enquête criminelle et judiciaire contactées par notre équipe, il y a une sévère contradiction dans ce rapport quand on y lit:

la responsabilité du GIPN ne saurait être engagée, que la CNDH n’a pu recueillir des preuves que l’équipe antibraquage du GIPN s’est rendue au domicile de ces braqueurs et criminels dangereux pour les enlever et que la CNDH précise qu’elle n’exclut pas que les auteurs du prétendu enlèvement des criminels soient des connaissances desdits criminels neutralisés par les braves éléments du GIPN

C’est un rapport flou témoigne suffisamment du manque d’expérience et révèle l’incompétence de la CNDH à traiter seul ce dossier très sensible sans y associer suffisamment les institutions impliquées avant publication. Il s’agit d’un acte qui fait porter des doutes sur le laborieux travail que font le Ministère de la Sécurité et de la protection civile, et celui des Droits de l’homme. Agir ainsi porte atteinte également au travail patriotique que font les braves éléments de la GIPN pour protéger les populations contre des criminels qui ôtent la vie d’honnêtes citoyens sans aucun égard.
C’est également jeter en pâture cette unité spéciale.

Les éléments de cette unité sur plusieurs opérations de bravoure ont permis de mettre hors d’état de nuire des criminels, et ceci au risque de leurs vies.

Il est donc important d’nviter l’opinion à ne pas considérer ces écarts et à continuer de collaborer avec cette unité pour venir à bout des criminels qui mettent en péril la paix sociale du pays.

Toutefois, sur cette affaire, il convient de faire suffisamment de lumière par une enquête sérieuse confiées aux services compétents.

La primeur de la présomption d’innocence doit bénéficier d’abord à ceux qui sont chargés de nous protéger au péril de leurs vies pendant que nous vaquons paisiblement à nos occupations.

Et dans cette affaire, il s’agit bien des criminels récidivistes bien fichés par les services sécuritaires.

Christ AMENOUVE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici