OGOU1/Bonne gouvernance : Le GF2D outille une vingtaine de femmes conseillères municipales à Atakpamé

0
251

OGOU1/Bonne gouvernance : Le GF2D outille une vingtaine de femmes conseillères municipales à Atakpamé

La décentralisation dans notre pays offre aux conseillères l’opportunité de développer leurs potentialités et de contribuer aux efforts de gouvernance politique, économique sociale et culturelle. Elle a été concrétisée grâce à des reformes faites avec l’appui des différents partenaires au niveau du cadre juridique et institutionnel pour renforcer le processus et permette une participation équitable des femmes et des hommes aux actions de développement de leurs communautés. Afin de mieux faire intégrer ces questions stratégiques dans les politiques, plans et stratégies de développement des collectivités, il est important que ces acteurs renforcent leurs connaissances en leadership politique, qu’elles développent la solidarité et renforcer leurs réseaux. C’est dans cette optique que le Groupe de réflexion et d’action Femme Démocratie et Développement (GF2D) dans le cadre de son partenariat avec la fondation Hanns Seidel,organise du 11 au 13 Aout 2020 un renforcement de capacités d’une vingtaine de femmes élues locales. Le Secrétaire Général de la préfecture, Kondo BITHO,représentant personnel le préfet de l’Ogou, dans son mot d’ouverture, a exprimé sa gratitude à HANNS SEIDEL partenaire technique et financier à la GF2D. Il a félicité et encouragé le GF2D et enfin souhaite un plein succès à cette rencontre.
L’objectif de cette formation est de développer une alliance stratégique avec les femmes élues locales pour faire avancer l’agenda de la femme togolaise et mettre en place un cadre de concertation entre les élues locales.
Pour la Secrétaire Générale du GF2D, Michèle NOUSSOESSI, il s’agit de renforcer la capacité des élues locales sur le budget participatif en tenant compte des droits des plus vulnérables surtout les femmes et les enfants, comment gérer l’administration locale, quels les enjeux à relever enfin de participer à l’élaboration du plan de développement communal.Il sera également question de revisiter le cadre juridique qui réglemente la décentralisation à la base, la question de la gouvernance à la base puis mettre en place un cadre de concertation entre ces élues locales pour qu’elles puissent s’échanger sur les questions d’enjeux essentiels pour la promotion et la protection des droits des femmes et enfants au Togo surtout des femmes de la communauté à la base.

Marcel Akakpo.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici