57e sommet des Chefs d’État de la CEDEAO au Niger: COVID-19 et la crise malienne au menu des débats

0
379

57e sommet des Chefs d’État de la CEDEAO au Niger: COVID-19 et la crise malienne au menu des débats

Le Niger a abrité, ce lundi 07 septembre 2020, le 57e sommet ordinaire de la Cedeao. Ce grand sommet Convoqué par son président en exercice, Issoufou Mahamadou, président du Niger, ce sommet entre les chefs d’État de la CEDEAO planchera sur l’agenda politique et diplomatique ouest-africain cadencé par les crises et la Covid-19. Il sera aussi et surtout question, à moins, d’un coup d’éclat, du passage de témoin au président ghanéen Nana Akufo-Addo.

Pour ce sommet qui se déroule en présentiel, une première après 5 mois de distanciation et de confinement imposés par la Covid-19, l’accent sera mis sur le rôle stratégique de la Cedeao au moment où la région affronte de multiples défis sanitaires, sécuritaires, stratégiques et économiques.

En prélude à ce sommet, il s’est tenu, ce samedi 05 septembre, l’ouverture de la 84e session ordinaire du Conseil des ministres de la Cedeao. Le ministre des Affaires étrangères du Niger, président du comité, Kalla Ankourao, a assuré que depuis la rencontre d’Abuja en décembre 2019, « le climat socio-économique dans notre espace, comme dans le monde entier, a été essentiellement marqué par la pandémie de la Covid-19 qui a causé des milliers de morts, sans compter les conséquences désastreuses sur les économies de nos Etats ».

Ce lundi, Faure Gnassingbé, Faure Gnassingbé, le chef de l’État togolais et ses pairs de la Cedeao feront de la stabilité sociopolitique et économique sous-régionale, leur leitmotiv.

L’un des grands absents à cette retrouvaille entre les chefs de l’organisation sera le président malien Ibrahim Boubacar Kéita, destitué le 18 août dernier à l’issue d’un putsch. Ce dernier, aux dernières nouvelles, a pu quitter le pays samedi soir pour des soins aux Émirats arabes unis. Comme on peut l’imaginer, la question malienne occupera une place dans l’ordre du jour. L’organisation de la transition étant un point de divergence entre la Cedeao et la junte au Mali.

Autre point important, la Zlecaf. « Assurant en ce mois de septembre la présidence du Conseil de sécurité des Nations Unies, en qualité de membre élu non permanent, le Niger, dont le Président a été désigné champion de la Zlecaf, entend jouer un rôle important au niveau des défis, sanitaires, sécuritaires, stratégiques et économiques dans la Cedeao », croit savoir Fiancial Afrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici